L'environnement au quotidien

Ciments du Maroc s'est engagé depuis longtemps dans un vaste chantier d'économie des ressources naturelles utilisées dans ses processus de production et de préservation de l'environnement. Ceci, en ayant recours aux technologies les plus innovantes et les moins polluantes et aux techniques qui permettent la plus grande économie possible d'eau et d'énergie.
Pour Ciments du Maroc, le développement durable commence là où s'arrête le gaspillage.

Activité ciment 

Système de management environnemental 

Un système de management environnemental certifié ISO 14001 a été mis en place depuis 2003. Cette implémentation vise une démarche environnement structurée et dotée de moyens appropriés pour contrôler les impacts liés à notre activité sur la base des plans d’action avec des moyens humains et financiers.
Cette approche est entrain de se généraliser pour couvrir tout notre dispositif de production par l’intégration du centre de broyage de Jorf Lasfar dans le périmètre de certification ISO 14001 version 2015.
La migration vers cette nouvelle version sera généralisée à tous les sites où un audit sera conduit selon la version 2015. Cette nouvelle version renforcera le système par l’intégration et le suivi des attentes des parties prenantes pertinentes.

Intégration des carrières dans le paysage

Ciments du Maroc est très attentif au réaménagement de ses carrières et s’engage à les mettre en état après exploitation ou au fur et à mesure de l’extraction du gisement permettant ainsi une insertion optimale dans le paysage. Le réaménagement des sites d’extraction a pour objectif :

  • la sécurisation des sites par des clôtures et la stabilisation des parois et talus mis à nu ;
  • le développement et la conservation de la biodiversité. Les travaux de réaménagement sont réalisés par des matériaux enlevés lors de l’exploitation.

Rationalisation de la consommation d'Eau

Par nature, le procédé de fabrication du ciment a très peu d’impact sur la qualité des eaux. Le processus, en effet, en consomme très peu et surtout n’en rejette pas. Une partie de l’eau consommée en usine sert au refroidissement des gaz avant leur filtration en général, et au refroidissement des paliers des machines tournantes. Les circuits fermés mis en place permettent le recyclage pour répondre à une bonne partie des besoins globaux.
Malgré le faible niveau de consommation d’eau, cet indicateur de performances est suivi quotidiennement par les sites avec un reporting mensuel destiné à cet effet.

Gestion responsable des matières premières et combustibles non renouvelables 

 L’un des axes autour duquel Ciments du Maroc développe son action pour le respect de l’environnement est celui des combustibles et matières de substitution. Ce système est basé sur un choix optimisé des sources d’énergie pour maximiser la part des combustibles de substitution et sous produits (valorisation énergétique et valorisation matière).
La substitution aux combustibles traditionnels représente, outre une économie de prélèvement des ressources naturelles, un important effet de levier pour la diminution des émissions CO2.
Dans cet axe, les principales actions 2016 portent sur :

  • la poursuite de la valorisation écologique des pneus déchiquetés.
  • la prospection et la préparation des sites (investissements, études, ..) à la valorisation d’autres combustibles de substitution locaux : SCR , bois ,....
  • valorisation des résidus industriels (cendres de pyrrhotine, laitier, cendres volantes).

Emissions

Ciments du Maroc accorde pour son activité industrielle de production de clinker et de ciment beaucoup d’importance aux installations de filtration des rejets des cheminées qui peuvent avoir un impact sur la qualité de l’air.
Les émissions au niveau des usines sont contrôlées minutieusement. Toutes les cheminées de nos fours sont équipées d’analyseur permettant de mesurer en continu et en temps réel les émissions de gaz et de poussières issues de la cuisson. Des campagnes de mesure de la qualité de l’air ambiant sont également effectuées par un laboratoire national agréé.
Les mesures des émissions de gaz et de poussières réalisées en 2016, montrent que Ciments du Maroc présente des niveaux conformes aux seuils réglementaires.

Energie et efficacité énergétique

La gestion de l’énergie chez Ciments du Maroc porte sur deux axes majeurs qui sont en ligne avec la politique nationale en matière de réduction des gaz à effet de serre et d’efficacité énergétique :

  • diversification de ses approvisionnements en énergie électrique par l’achat de l’énergie propre d’origine éolienne pour les besoins de production de ses sites. Le contrat signé avec le fournisseur garantirait au moins 80 % de son mixte énergétique électrique.
  • Le processus cimentier est très consommateur d’énergie, tant électrique que thermique. Ciments du Maroc alloue une part importante de ses investissements industriels à l’amélioration de sa performance énergétique
  • (bilans énergétiques, bonnes pratiques de conduite, équipements économes d’énergie …).

Ces actions ont été couronnées depuis 2014 par la certification de l’usine d’Aït Baha, selon le référentiel ISO50001 (Système de Management de l’Énergie). Cette cimenterie est actuellement la seule à détenir cette distinction au Maroc.

Activité matériaux

Le certificat de conformité du système de gestion environnementale de la carrière Oulad Abbou à la norme internationale ISO 14001 a été renouvelé avec succès en 2016, bouclant ainsi 3 cycles successifs de certification depuis 2007, date de son obtention. À ce jour Oulad Abbou est la seule carrière au Maroc à l’avoir obtenu.
Globalement sur tous les sites des matériaux, les moyens de maîtrise des impacts environnementaux sont mis à disposition continuellement dans une approche préventive et proactive de réduction des impacts environnementaux.
Ces dispositions incluent en commun :

  • la veille réglementaire sur le volet environnement;
  • une politique environnement formalisée et disponible pour toute demande;
  • la communication avec les parties intéressées pertinentes;
  • le stockage des hydrocarbures et produits chimiques sur des rétentions couvertes pour la prévention de la pollution accidentelle;
  • la participation à la subvention de séminaire scientifique (sur la biodiversité à Fès en 2016), à la réfection des routes avoisinantes, à la rénovation de lieux publics de grande valeur historique et culturelle, etc.